Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

 

Histoire d'horreur d'Isabelle

Laissez-moi vous parler d’Isabelle (nom fictif).Elle a été arrachée à sa famille à l’âge de 2 ans. Elle a été rapidement coupée de tout contact avec sa famille.

Elle a connu plusieurs familles d’accueil de la Montérégie, dont une dernière où elle est tombée enceinte à l’âge de 17 ans. Son gynécologue découvre alors qu’elle a le cancer de l’utérus. Elle prend la décision de continuer sa grossesse quand même étant le seul bébé qu’elle aura, même s’il n’a pas de père.

Son médecin l’avise qu’elle sera au repos total pour un mois après l’opération. N’ayant pour seule ressource le Centre jeunesse qui l’a élevé, elle prend entente pour un répit temporaire d’un mois. Suite à la signature de son consentement volontaire, le jour de son opération, le Centre jeunesse la convoque pour le lendemain à la Cour de la jeunesse en mesure d’urgence. Ne pouvant s’y rendre, elle demande une remise de l’audition; le juge ne lui accordera que 2 jours.

Après 6 mois, la jeune mère n’avait toujours pas réussi à récupérer son bébé. Après un autre 6 mois, elle reçois une offre sadique: soit de donner son bébé volontairement et elle pourra recevoir une photo de lui à chaque année ou elle refuse et elle n’aura plus jamais de nouvelles du bébé.

Y en a-t-il encore après ça qui viendront prétendre que les mercenaires de ces entreprises sont là pour servir et aider?

Cette jeune femme ne voulait pas croire que ceux qui lui ont prétendu, tout au long de sa jeunesse, l’avoir sauvée de parents si épouvantables voudraient lui enlever son enfant. Ils avaient un si beau sourire en la regardant et l’avocat qui avait prétendu défendre ses droits d’enfant ne pouvait pas lui vouloir du mal, alors elle l'a choisit pour continuer à la représenter.

Comme beaucoup de gens, elle ne croyait pas que ces êtres au sourire angélique puissent commettre de tels monstruosités. Aujourd’hui, elle le croit, mais…!

Pour ce qui est de son avocat qui envoyait plein de jeunes en centre de réadaptation où il siégeait au conseil d’administration, sur fausse prétention de demande des jeunes, il a été si rentable pour le système qu’il est maintenant juge de la jeunesse. Est-il nécessaire de décrire le type de jugements qu’il peut rendre?

Oui, Isabelle, tu aurais dû croire, avant de leur signer ta confiance, car après, il est trop tard. Un troupeau de mercenaires et d’avocats sont payés grassement pour empêcher tout retrait du système.