Nouveautés


Gestion du site

  1. Merci d'imprimer, découper à l'horizontale, distribuer et glisser partout, partout, partout notre feuillet publicitaire
  2. Nous ne nous impliquons pas en personne et ne référons pas d'avocats ou autres professionnels!
  3. Nous visons à vous épauler bénévolement le mieux possible, depuis plus de 25 ans, par l'information, pour vous garder libre et en santé.
  4. Pour partager avec d'autres jeunes ou parents concernés adhérez à : notre groupe public Facebook .
  5. Ce site reconstruit suite à sa 4 ème destructtion par le DPJ et ses complices, reçois plus de 60,000 visite par ans.
  6.  Si certains liens sont défectueux ou manquants, vous êtes invité à nous en informer.

Sondage

Moi je vote

Choix de langue

Outil de traduction gratuite de site Internet
by FreeWebsiteTranslation.com

Protégez vos enfants

Soyez conscient que tout parent ou enfant sur le territoire du Québec est sous le joug d'une loi d'exception qui bafoue vos droits démocratiques et ceux de vos enfants! Cette loi permet d'enlever tout enfant sur simple signalement anonyme ou risque prétendu !

Palais de justice de Granby

Chaque année, au Québec, plus de 60,000 mineurs innocents sont enlevés à leurs parents, sans preuves de mauvais traitement, puis condammés dans des procès à huit clos. Ces enfants seront internés, abusés physiquement, sexuellement et affectivement pendant leur détention, gardés j'usqu'à l'âge de 18ans, puis largués dans les rues. Sans liens avec leurs parents ou leurs proches, la mort, souvent par suicide, de ses jeunes fera grossir le taux de suicide au Québec, l'un des plus élevés du monde occidental. Pour passer sous silence les plaintes pour abus et corruption, le gouvernement du Québec, sans s'encombré d'un débat publique ou d'une enquête, a donné un coup d'accélérateur au programme d'adoption forcé par la loi 125, un décret d'esclavage à peine déguisé.

Les règles à suivre:

1) Lisez en urgence notre document : "Que faire si" 

2) Enregistrez toute communication au sujet de votre enfant dont vous faite partie en mentionnant discrètement le jour, l'heure, la raison et les personnes présentes. Vous n'avez aucune permission à demander pour le faire, la juriceprudence le confirme

3)Ne laissez jamais entrer la DPJ dans votre foyer, quelque soit leur offre de service, art. 7 et 8 Charte de droits et liberté de la personne. Sachez que : l'article 11.2 de la lpj ordonne la confidentialité sur votre dossier par tout intervenant, alors que : l'article 72.5 de la lpj confirme à un parent ou à l'enfant de plus de 14 ans le contrôle sur la confidentialité ou la divulgation de son dossier.

4) Ne parlez jamais et ne permettez pas à vos enfants de parler aux employés de la DPJ sans avoir des témoins choisis par vous et/ou enregistrer et/ou filmer l'intégrale de vos réunions. Vous devez comprendre que la vérité, la justice et l'innocence de vos enfants disparaissent avec la présence de la DPJ et vos enfants sont les premières victimes de la DPJ et de leurs procès à huit clos.

5) Si vous avez des difficultés avec vos enfants, cherchez de l'aide auprès de vos amis, de votre famille, de votre église et de votre communauté locale. ne contactez jamais la DPJ. Une fois qu'un dossier est ouvert, toutes les ressources financières et judiciaires nescessaires seront mises à disposition contre vous et l'objectif (internement ou adoption forcée) est prédéterminé. La DPJ se targue d'avoir remporté plus de 90% des procès.

6) Ne signez jamais un document sans consulter avant un expert légal, même sous menace.

7) Vous devez comprendre qu'une fois la DPJ fait apparition dans votre vie familiale, vos enfants et vous êtes en grave danger. Les fonctionnaires de la DPJ travaillent au rendement, en choisissant les enfants des parents les plus vulnérables et naïfs. Les enfants des familles aimantes sont préférés car ils sont plus facilement manipulable et ils sont de meilleurs candidats à l'adoption.

8) Vous n'êtes pas tenu d'ouvrir la porte ou de laisser partir vos enfants, même temporairement, sans un mandat signé par un juge. Si vous les laissez aller, ceci sera présenté aux tribunaux comme consentement, indifférence ou acceptation de culpabilité. Soyez attentif aux documents non conformes. Les employés de la DPJ arrivent souvent, pour la prise des enfants, sans document approprié, accompagnés de la police comme moyen d'intimidation.

9) La loi vous impose une collaboration à l'égard de tout enfant détenu par le DPJ. Par contre vous n'êtes pas tenu de collaborer à l'égard d'enfant non judiciarisé.

10) Vous devez connaître vos droits, et ceux de vos enfants. Joignez-vous à notre groupe de soutiens FB. Évitez les avocats assignés en formation. Sachez que les avocats assignés pour représenter vos enfants devant les tribunaux, les employés de la DPJ et les juges, tous payés avec nos impôts, s'entendent pour garder les enfants à l'intérieur de leur système.

11) Pour tout rapport qui vous est présenté le matin de l'audition exigez en respect de la règle des procédures une remise de 5 jours réglementaires. Méfiez-vous de tout avocat qui prétendras que c'est sans importance.

Page suivante: Les sévices de la DPJ